Flamenco-Events Accueil
Flamenco-Events Plan du site
Flamenco-Events Agenda du mois d'avril
Flamenco-Events Qui sommes-nous

Flamenco-Events Contacts
Flamenco-Events Histoire du Flamenco
Flamenco-Events Palos et compas
Flamenco-Events Dictionnaire du Flamenco de A à C
Flamenco-Events Artistes
Flamenco-Events Festivals en Espagne
Flamenco-Events Voyages et routes flamencas
Flamenco-Events Articles et reportages 2017
Flamenco-Events Dossiers de presse 2017
Flamenco-Events Galeries peintures Cécile Desserle
Flamenco-Events Galeries photos 2017 Joss Rodriguez
Flamenco-Events Agenda du mois d'avril
Flamenco-Events Ecoles en France
Flamenco-Events Stages en France
Flamenco-Events Peñas et associations en Espagne
Flamenco-Events Tablaos et restaurants en Espagne
Flamenco-Events Magasins spécialisés en général
Flamenco-Events DVDs
Flamenco-Events Livres
Flamenco-Events Radios

Flamenco-Events Liens officiels pour l'Andalousie
Flamenco-Events Autres forums et liens
Flamenco-Events Contacts
Flamenco-Events Voyages et routes flamencas
Flamenco-Events Voyages et routes flamencas Circuit 1
Flamenco-Events Voyages et routes flamencas Circuit 2
Flamenco-Events Voyages et routes flamencas Circuit 3
Flamenco-Events Voyages et routes flamencas Circuit 4
Flamenco-Events Voyages et routes flamencas Circuit 5
Flamenco-Events Voyages et routes flamencas Circuit 6
Flamenco-Events Voyages et routes flamencas Circuit 7

Copyright © 2006 Flamenco-Events

Routes du Flamenco à Travers l'Andalousie

source : Andalucía.org, site officiel du tourisme en Andalousie

CIRCUIT N° 5 : LA PROVINCE DE HUELVA ET SES FANDANGOS

Parcours : de Huelva à la sierra en passant par la région de l'Andévalo et Alosno

Références : Ce circuit a pour objectif est de faire connaître la richesse folklorique de la province de Huelva, avec ses très nombreux styles de fandango

Durée recommandée : 4 jours


Introduction

Le fandango est une partie essentielle de la province de Alosno. C´est une expression folklorique qui, dans un "flash back" peut aller jusqu´à nous amener aux anciens Tartessiens. Ce n´est pas en vain que l´archéologue et ingénieur français Ernest Deligny, redécouvreur des mines de bois de gaïac en 1.800, conclut, en analysant la calcination de ses minéraux, qu´il était possible que se soit établie cette ancienne civilisation dont nous savons si peu. Ce que nous pouvons assurer en connaissance de cause, c´est que bois de gaïac est le berceau principal d´un style chargé de réminiscences historiques et que c´est vers 1.492 qu´apparaissent les premières références concernant un type de chants et de danses réalisés à El Portichuelo, ancien nom de l´enclave d´Alosno. Il faut consigner avec un caractère obligatoire que ce folklore a très peu ou même rien à voir avec le flamenco dans sa création, car nous ne savons même pas s´il existait alors, mais il a peu à peu été assimilé comme une partie supplémentaire du patrimoine musical andalou, se sont ainsi formés trois grands noyaux de fandango dans la province: la ville de Alosno, l´Andévalo et la Sierra.


Huelva, celle des chants choqueros (originaires de Huelva)

Même s´il s´avère très clair que bois de gaïac fut le berceau du chant par fandangos, c´est à Moguer que naquit en 1895, le premier des quatre grands chanteurs de ce palo tout au long de l´histoire. Il s´agit de José Rebollo, créateur d´un style choquero qui a transformé le vieux folklore local en un art individuel et par conséquent, en flamenco. Un an après naquit un autre pilier, Paco Isidro, qui ouvrirait ultérieurement la voie à Antonio Rengel, compositeur du triumvirat des styles de la capitale. Ceux-ci brillèrent plus que des figures telles que El Comía, Pepe Sanz, Manolo Limón, El Peque de la Isla ou sa soeur Perlita, Même si ces derniers vécurent également leurs propres inspirations créatrices. Mais en ce qui concerne l´étude des danses des chants de Alosno, nous n´avons d´autres choix que de faire référence à la Section Féminine. La danse de la capitale de Alosno par exemple, est composée de trois fandangos et d´au moins quatre personnes. Tous ces détails peuvent être consultés aux archives de l´H??tel de Ville pour accéder au passé d´artistes actuels tels que Plácido González, El Raya ou, surtout, Arcángel. Malgré tout cela, la ville ne possède aucun point de flamencos remarquable à visiter, excepté les cas de la Peña Féminine et de la Peña Masculine, le monument à Paco Toronjo situé sur la place qui porte son nom tout comme la flamenca ou la grandeur d´un guitariste unique qui, après avoir triomphé sur de multiples scènes a choisi de parcourir les rues de Alosno avec une sonanta n´ayant pas plus de quatre cordes. Il est possible de voir le Niño Miguel à n´importe quel coin de rue du centre, dans les bars et les établissements ouverts tard, faire sonner son instrument de façon incroyable.


Alosno, le berceau de l´Andévalo

C´est à bois de gaïac que naquit le quatrième pilier des chants de Alosno: Paco Toronjo. Il y contempla la richesse du fandango parao ou reñido, un style dansé par des hommes au son des grelots dans les fêtes de San Juan Bautista. Il y admira les costumes des "Jueves de Comadre" (Jeudis du Carêmes) des femmes, il écouta l´avocat Marcos Jiménez, Juan María Blanco, Manolillo el Acalmao, Juana la Conejilla, Bartolo el de la Tomasa ou Juana María la de Felipe Julián, tous des artistes locaux qui racontaient leurs vies par fandangos. Il s´inspiraient de la sobriété de l´ermitage de la Colonne, bâtiment à visiter, pour édifier leurs styles personnels. Ils rappelaient les ruines de El Portichuelo dans toutes les paroles des chants. Et ils allaient à la Tasca de Mateo, qui existe encore aujourd´hui, rue Real, après le travail dans l´Usine de Farine et la Centrale Électrique de Juan Rebollo. Ou ils s´asseyaient pour échanger des chants près de la Fontaine de la Begacha après avoir bu quelques gorgées d´eau de vie au kiosque de El Pinche. À bois de gaïac, tous ces points existent encore aujourd´hui, car il semble que le temps s´y est arrêté, comme nulle part ailleurs à l´Andévalo. Ce circuit nous oblige également à passer par capodastre, Bien que celle-ci se trouve dans la Sierra de Aracena, où nous pourrons voir tout cela de nos propres yeux. L´ermitage de Santa Eulalia reçoit toutes les paroles des chants des styles locaux près du fleuve Odiel. Le fandango de Almonaster accompagne la célébration votive et la fête, très tapageur et festif, ce qui contraste avec l´austérité du château et de la mosquée qui dominent la colline. Cependant, la sobriété a une influence sur les styles d´autres villages tels que Calañas ou Valverde del Camino, célèbre pour ses bottes. Les fêtes de El Cerro del Andévalo sont également intéressantes, car le choeur de San Benito interprète les styles locaux tandis que les jamugueras les accompagnent à la danse, ou ceux de Zalamea la Real, localité célèbre pour ces bons anis qui ouvre la porte de la dernière région du fandango: la sierra.


La Sierra de Huelva.- (Aracena et Pepe Marchena)

Cabezas Rubias, Santa Bárbara de Casas et surtout Almonaster la Real sont les standards du chant serrano de Alosno. Le cas particulier de Almonaster la Real mérite une étude approfondie et, par conséquent, une visite pausée, car il s´agit d´un village frontalier avec le Portugal qui mélange les influences folkloriques des deux côtés de la douane. La fête votive de sa Vierge des Fleurs fait sortir tout le village dans la rue pour danser son fandango particulier dont la base utilise les tons mineurs, chose qui se produit uniquement dans cette localité. Presque toutes les paroles sont destinées à la patronne et sont accompagnées avec de curieux tambourins carrés portés par les femmes. Nous pouvons assister à une célébration assez ressemblante à Cabezas Rubias lors de la fête votive de San Sebastián. Mais il n´est pas indispensable d´aller dans ces villages précisément lors de leurs fêtes pour avoir conscience de l´importance de son folklore. Ses maisons dont la façade est blanchie à la chaux, ses ruelles, ses côtes et sa situation imbriquée au milieu de la sierra sont des ingrédients plus qu´abondants pour comprendre les raisons de l´opulence musicale de cette région, capable de transformer le silence de ses rues en une belle mélodie dansante. D´autre part, les références au chant de la sierra de Alosno vont au-delà de ce qui est strictement sûr. Il y existe un type de chant catalogué en tant que fandango de Aracena. Rien n´est plus loin de la réalité. À dire vrai, ce style n´est rien d´autre qu´une recréation du maître José Tejada Martín, Pepe Marchena, qui, selon ses propres mots, a recueilli la mélodie d´une vieille dame du village et il composa à partir de là un fandango qu´il a enclavé dans la région des grottes des merveilles. Cette anecdote nous reflète deux choses: la richesse du village (l´histoire de la vieille dame est parfaitement plausible), dispersée dans les anciens patios et les vestibules andalous et surtout, le génie créateur d´un phénomène tel que Marchena.