Flamenco-Events Accueil
Flamenco-Events Plan du site
Flamenco-Events Agenda du mois de février
Flamenco-Events Qui sommes-nous

Flamenco-Events Contacts
Flamenco-Events Histoire du Flamenco
Flamenco-Events Palos et compas
Flamenco-Events Dictionnaire du Flamenco de A à C
Flamenco-Events Artistes
Flamenco-Events Festivals en Espagne
Flamenco-Events Voyages et routes flamencas
Flamenco-Events Articles et reportages 2017
Flamenco-Events Dossiers de presse 2017
Flamenco-Events Galeries peintures Cécile Desserle
Flamenco-Events Galeries photos 2017 Joss Rodriguez
Flamenco-Events Agenda du mois de février
Flamenco-Events Ecoles en France
Flamenco-Events Stages en France
Flamenco-Events Peñas et associations en Espagne
Flamenco-Events Tablaos et restaurants en Espagne
Flamenco-Events Magasins spécialisés en général
Flamenco-Events DVDs
Flamenco-Events Livres
Flamenco-Events Radios

Flamenco-Events Liens officiels pour l'Andalousie
Flamenco-Events Autres forums et liens
Flamenco-Events Contacts
Flamenco-Events Articles et reportages 2017
Flamenco-Events Articles et reportages 2016
Flamenco-Events Articles et reportages 2015
Flamenco-Events Articles et reportages 2014
Flamenco-Events Articles et reportages 2013
Flamenco-Events Articles et reportages 2012
Flamenco-Events Articles et reportages 2011
Flamenco-Events Articles et reportages 2010
Flamenco-Events Articles et reportages 2009
Flamenco-Events Articles et reportages 2008
Flamenco-Events Articles et reportages 2007
Flamenco-Events Galeries photos 2017 Joss Rodriguez Festival Flamenco de Nîmes Perico Santiago et Anton Fernandez
Flamenco-Events Dossiers de presse 2017 Festival Flamenco Nîmes

Copyright © 2017 Flamenco-Events

Articles et reportages 2017

Il est  peu avant 17 heures, par un frais après-midi (ah ce fameux vent…) nous sommes arrivés à l’Institur Emmanuel d’Alzon, pour le premier des deux concerts acoustiques qui y sont programmés pendant le festival. On nous annonce Perico Santiago au cante et Antón Fernández à la guitare que nous connaissons. Bien que ce ne soit pas le Perico que nous attendions, Antón est bien le même. Ils se lancent, et voici une heure de récital, sans microphonie, dans le pur style du cuartillo ou de la réunion improvisée. Ici pas d’artifices, juste de la vérité. Celle que l’on a précieusement entretenue et qui a suivi jusqu’au bord de la Méditerranée entre Marseille, Martigues ou encore Port-de-Bouc, de ces descendants d’andalous. C’est à chaque fois  avec émotion, que je pense à cela, aux moments que nous avons passés auprès de ces familles, dans le sud, alors que nous vivions en Suisse. A ces amitiés nouées, à ces moments partagés. Joss, notre photographe rêve de trouver le financement pour faire le parcours inverse jusqu’en Andalousie avec un membre de l’une de ces familles, de créer quelque chose qui reste pour documenter l’histoire comme il dit… mais revenons à notre récital, c’est le but du sujet. Il y eut du cante por derecho comme soléa, minera-cartagenera-taranta adaptée, de la siguiriya et des tientos et des tangos sans transition. Il y eu aussi de belles falsetas pour combler parfois des espaces qui s’y prêtaient, des fandangos naturales et aussi personnels et de la bulería pour le fin de fiesta rejoints par Cathia Poza, Cristo Cortés et Mateo Campos. Dommage que par moments les letras traditionnelles semblaient se perdre entre la tête et le cœur de Perico, car du cœur et de la sincérité il y en a mis. Et c’est cela qui est beau et qui touche. Finalement, bien qu’en Espagne les puristes ne tolèrent pas toujours ces changements, croyez-moi, nous en avons débattu dès le lendemain, le cantaor est un homme libre du moment où il maitrise ses bases. Moi je suis pour que cela évolue aussi sur ce terrain. A bon entendeur…


M. Morillas










Galerie photos : Festival Flamenco de Nîmes, Perico Santiago et Antón Fernández cliquez ici



Dossier de presse Festival Flamenco de Nîmes 2017 cliquez ici

  

Perico Santiago et Antón Fernández

14 janvier

Institut Emmanuel d'Alzon